Fonds William Patry

Présentation générale

 

De 1974 à 1984, la ville de Nyon a accueilli des concerts, des festivals et des stages de musique dans le domaine du jazz contemporain, à l’initiative de William Patry (1946 – 2009). Ce travail a profité à une nouvelle génération de musiciens et de mélomanes et a contribué à dynamiser la scène culturelle de Nyon. A l’initiative de Mme Hélène Baudat, le fonds William Patry a été légué en 2013 aux archives musicales de la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne.

Deux institutions sont chargées du traitement et de la valorisation du fonds :

– la Phonothèque Nationale Suisse (Lugano) conserve et met en valeur les enregistrements de concerts ;

– les archives musicales de la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne conservent et mettent à disposition les programmes, les affiches, la correspondance, les documents administratifs et les dossiers de presse.

A cela s’ajoutent les mémoires de William Patry, sous forme de chroniques des concerts organisés par JazzNyon : « Jazz-Ries », ouvrage réalisé par Hélène Baudat d’après le manuscrit de William Patry.

 

William Patry

 

William Patry et né en 1946 à Nyon. Il étudie le violon et prend des cours de percussion au Conservatoire de Genève. Son diplôme de physiothérapeute en poche, il séjourne en Espagne puis aux Etats-Unis. Passionné de musique, il y voue la majeure partie de ses loisirs. Nyon demeure pendant une décennie un haut lieu du jazz grâce à son énergie. Il s’impliqua aussi avec ferveur dans la vie artistique locale en tant que président de l’association Public Deux et vice-président de l’Association ArtNyon. Il fut également membre de la Commission aux affaires culturelles de la ville. Décédé en 2009, il repose au cimetière de Nyon.

Affiche JazzNyon 1978 (Nicolas Troxler)

Affiche JazzNyon 1978 (Niklaus Troxler)

 

Salle communale de Nyon, 23 novembre 1978 : William Patry (bras levés) et Jan Garbarek (saxophone). Photographie de Yves Humbert.

 

 

Programmation

 

Les membres fondateurs de JazzNyon fréquentaient les concerts organisés par Niklaus Troxler à Willisau, d’où leur volonté de mettre sur pied une organisation similaire à Nyon et de collaborer en termes de programmation. Durant ses dix années d’existence (1976 – 1985), l’association JazzNyon a proposé plus de deux cents soirées de concerts dans différents lieux : Salle communale de Nyon, Aula du collège de Nyon, Théâtre de l’Escalier, Usine à Gaz, Esplanade du château (plein air). En plus d’une saison de deux à trois soirées mensuelles, l’association met sur pied au printemps un festival de jazz. Cinq éditions de ce festival ont lieu de 1976 à 1980. Les finances ne permettent plus ensuite de relever le défi. Une dernière édition commémorative a lieu en 1984.

Programme_JazzNyon_1974_1984

La programmation de JazzNyon suivait deux axes principaux : d’une part la scène musicale afro-américaine qui actualise la tradition du jazz depuis les années 1960, et d’autre part la scène locale et régionale du jazz et des musiques actuelles (chanson, folk, rock, fusion). William Patry a aussi organisé plusieurs stages de pratique musicale dont la direction était confiée au contrebassiste, pianiste et compositeur Léon Francioli, associé parfois aux batteurs Bernard Lubat et Pierre Favre.

Les scènes de JazzNyon ont accueilli parmi les plus grands musiciens afro-américains en tête d’affiche : Charles Mingus, Max Roach, Art Blakey, Dollar Brand, Archie Shepp, Don Cherry, Cecil Taylor, Anthony Braxton, Art Ensemble of Chicago, Sun Ra…

 

Salle communale de Nyon, 10 septembre 1976. De gauche à droite : Danny Mixon, Charles Mingus, Ricky Ford. Photographie de Yves Humbert

Salle communale de Nyon, 10 septembre 1976.
De gauche à droite : Danny Mixon, Charles Mingus, Ricky Ford. Photographie de Yves Humbert

William Patry noue ainsi de solides amitiés dans les réseaux de la musique, notamment avec le pianiste et compositeur sud-africain Dollar Brand (Abdullah Ibrahim), dont le concert en solo du 18 juin 1978, édité sous forme de double LP par Plainisphare et intitulé « Autobiography », connut un énorme succès. Il s’ensuivit plusieurs rééditions sur CD, avec à la clé le grand prix du disque de l’Académie Charles Cros.

L’engagement pour la relève musicale locale et régionale n’est pas en reste : l’association a invité de nombreux musiciens et groupes romands à partager la scène avec les artistes étrangers. En juillet 1984, elle met sur pied à l’Usine à Gaz un festival suisse qui réunit des musiciens romands et alémaniques. Ce fut sa dernière manifestation d’envergure.

A l’occasion de la cinquième édition du Festival JazzNyon, William Patry publie un communiqué qui fait le point sur la situation de la scène musicale et sur son engagement local.

«Festival Jazz-Nyon 80 : une nouvelle ouverture» – communiqué de William Patry

 

Salle communale de Nyon, 7 septembre 1978, Don Cherry. Photographie de Yves Humbert.

Salle communale de Nyon, 7 septembre 1978, Don Cherry. Photographie de Yves Humbert.

 

Association

 

Créée le 16 mars 1976 en prévision de la première édition du festival, l’association JazzNyon avait pour objectif « l’organisation, la production ou la réalisation de tout spectacle ou autre manifestation artistique. » (Art. 2 des statuts). Son comité réunissait entre autres Messieurs Willam Patry, Luc Magnenat, Pierre Handle et Olivier Bally.

L’association JazzNyon a compté au cours de son existence entre trente et cinquante membres, tous actifs dans l’organisation et la réalisation de concerts et de festivals. Dix associations culturelles locales écrivaient à la commune de Nyon en janvier 1978, après s’être réunies en assemblée faîtière afin que leurs besoins soient mieux pris en compte. La commune intégra ensuite un délégué des associations locales au sein de sa commission des arts. Ceci aura un impact positif en termes de financement et d’infrastructures mises à disposition. Il s’ensuivra de nombreuses actions politiques aux plans local et régional.

 

Salle communale de Nyon, 19 décembre 1979 Noël JazzNyon, fête des musiciens nyonnais. Photographie de Yves Humbert.

Salle communale de Nyon, 19 décembre 1979
Noël JazzNyon, fête des musiciens nyonnais. Photographie de Yves Humbert.

Les ressources financières de l’association étant limitées, le travail d’organisation dépend en très grande partie de l’action bénévole des membres et d’autres passionnés de musique. Pour exemple, la première édition du festival JazzNyon (1976) génère 74’000 francs de recette (85% de vente de billets) pour 88’000 francs de charges (50% de frais artistiques). Suite à ce déficit, le budget de fonctionnement du festival est revu à la baisse et n’excède plus 60’000 francs. Pour sa dernière année d’activité (1984), l’association propose à la commune de Nyon un budget de fonctionnement de 127’000 francs pour un déficit prévu de 34’000.- à couvrir par des subventions et du sponsoring.

Le fonds William Patry est exemplaire, pour comprendre non seulement l’émergence d’une nouvelle scène musicale en Suisse romande et la motivation de son principal animateur, mais aussi la transformation du jazz et des musiques populaires au tournant des années 1970. Plusieurs enregistrements de concerts seront ainsi mis à l’écoute sur les stations de la Phonothèque Nationale Suisse.

Page créée par Christian Steulet dans le cadre du symposium « Growing Up: Jazz in Europa 1960-1980 » à Lucerne du 6 au 8 novembre 2014.