Fonds Fritz Hauser

Présentation générale

Déposé aux archives de la BCUL à partir de 2010 le Fonds Fritz Hauser s’avère très varié et, dans le contexte des archives musicales, presque quelque peu exotique. Et pour cause, puisque les archives du percussionniste et performer comprennent à côté d’une riche collection iconographique des plans d’architecte, des esquisses chorégraphiques, des partitions et des cahiers de notes qui démontrent l’étendue énorme de ses centres d’intérêt sans parler d’une collection de programmes et d’affiches qui témoignent de l’exigence infaillible dont Fritz Hauser fait preuve, non seulement à l’égard de la création musicale mais également picturale. Une étroite collaboration entre les archives musicales de la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne et Fritz Hauser permettra de classer et mettre en valeur ce fonds tout en respectant sa particularité.

Esquisse manuscrite, page isolée d’un cahier de notes

Esquisse manuscrite, page isolée d’un cahier de notes

La Phonothèque Nationale Suisse (Lugano) conserve quant à elle l’intégralité des enregistrements vidéo et audio de Fritz Hauser et lui consacre un portrait sur son site web.

"hand und fuss" avec Anna Huber "hand und fuss" avec Anna Huber "hand und fuss" avec Anna Huber "hand und fuss" avec Anna Huber "hand und fuss" avec Anna Huber

Biographie

Né à Bâle le 29 mars 1953, Fritz Hauser y fait ses études et obtient une maturité latin-anglais. Très tôt, il s’intéresse à la musique et fait ses armes en autodidacte,  construisant lui-même sa première batterie. Par la suite, il apprend les rudiments de l’instrument en suivant des cours collectifs auprès d’Andreas Straub. En 1972, à l’âge de 19 ans, il crée son premier groupe, Circus, composé de douze musiciens. De formation variable puisqu’il devient par la suite un quintette, puis un quatuor, Circus est d’abord un groupe de blues et d’improvisation dont le style évoluera avec les années. En 1980, Fritz Hauser quitte le groupe et prend une année sabbatique. Sur l’insistance de son père, il décide de suivre une formation de percussionniste classique au Conservatoire de Bâle, un peu par défaut, car il n’existe à l’époque que peu de possibilités pour faire des études de jazz et de musique improvisée. Cet enseignement lui ouvre cependant les yeux sur un autre univers, en lien avec la littérature, la peinture, la danse et le théâtre.

Fritz Hauser étudie toutes les gammes de sons que permettent les différentes percussions et décide de se lancer en solo. Il développe ainsi un langage musical subtil, tout en nuances, utilisant l’entier de l’instrument ainsi que son corps (par exemple dans Trommel mit Mann, dirigé par Barbara Frey et créé en 2001, puis maintes fois repris depuis).

"Fantasia zolliologica", pièce radiophonique de 1998, photographie de Jörg Hess.

« Fantasia zolliologica », pièce radiophonique de 1998, photographie de Jörg Hess.

Ses explorations sonores, entre l’infiniment sourd et l’infiniment bruyant, prennent forme sur une variété considérable d’instruments, de la batterie au tambour, en passant par les marimbas (Die Klippe en 1991), le gong, voire même les pierres pour Steinschlag en 1990, ou Zwischen Stock und Stein en 1992.Ses concerts en solo, ses compositions (allant de la percussion seule jusqu’à des œuvres pour quarante percussionnistes) et ses projets cross-over en lien avec le théâtre, la danse, la radio, le cinéma, la littérature ou même l’architecture le conduisent dans le monde entier.

Il travaille avec des musiciens comme Urs Leimgruber, Joëlle Léandre, Marilyn Crispell, Christy Doran, Keiko Abe et Fred Frith et collabore avec des ensembles de percussions dont le Kroumata, le Synergy Percussion, le Centre international de percussion de Genève, ou l’Ensemble XII. Nombre de compositeurs, parmi lesquels John Cage, Pauline Oliveros ou Bun Ching Lam, lui ont écrit des œuvres. Fritz Hauser possède à son actif de nombreux CD, tant en soliste qu’en collaboration avec d’autres artistes.

Zytraffer

Extrait de la partition Zytraffer gravée à l’ordinateur avec annotations du compositeur

Affiche1

Affiche de Daniel Gaemperle

 

Le monde de la percussion

En 2012, il reçoit le prix de la culture de la ville de Bâle, qui récompense trente ans d’activité, de recherches et d’explorations dans le monde de la percussion. Son projet Schraffur, pièce écrite pour un petit gong « gratté », fait l’ouverture du Théâtre de Bâle en 2011 avec deux cents musiciens. Cette même année, Erich Busslinger consacre un DVD documentaire au musicien, intitulé Fritz Hauser, Klangwerker. Entre 2001 et 2012, Fritz Hauser est co-directeur artistique des Concerts résonances mis sur pied par le Centre Dürrenmatt de Neuchâtel.

Depuis quelques années, Fritz Hauser travaille de plus en plus dans le domaine des installations sonores avec éléments graphiques. Ses expositions au Kunsthaus de Zoug (avec Boa Baumann et Brigitte Dubach), ses travaux avec Barbara Frey au Schauspielhaus de Zurich et son installation Schraffur dans les escaliers de la Fondation Vincent Van Gogh à Arles en sont des exemples.

Page créée par Suzanne Kaufmann et Verena Monnier, août 2015