Fonds Eric Gaudibert

Eric Gaudibert (*1936), compositeur, professeur de piano, d'analyse musicale et de composition au Conservatoire populaire de Genève de 1975 à 2001. Photographie de Jean Mayerat en 2005.

Eric Gaudibert, photographie de Jean Mayerat [2005]

Parée de tout l’éclat des minéraux dont elle aime à s’inspirer, ces minéraux par le temps dans l’ombre forgés, elle (l’oeuvre de Gaudibert) paraît comme à regret échapper à un repli du silence dans un long processus de cristallisation sonore. A l’image de son auteur, elle ne vient pas à nous: elle nous attire à elle par l’alchimie envoûtant des choses inspirées et nécessaires. Elle mûrit lentement, dans l’alcôve d’un temps fragile qui se découvre sous la durée d’un son circonscrit de silence, pour éclore soudain, avec la fulgurance de l’évidence, en un joyau bref et lumineux.

Etienne Darbellay (1989)

Présentation générale

Plusieurs centaines de partitions autographes et imprimées, mais également la correspondance, des programmes, des descriptions d’œuvre, des notes de cours et autres documents divers font la richesse du fonds Eric Gaudibert conservé aux Archives musicales de la BCUL.

Le traitement des documents sonores à la Phonothèque nationale est actuellement en cours.

Inventaire des partitions

Inventaire des partitions du fonds Eric Gaudibert.

Eric Gaudibert (1936-2012)

Eric Gaudibert par Jean-Rémy Berthoud, le 14 février 1998, chez le compositeur à Confignon.

Eric Gaudibert par Jean-Rémy Berthoud, le 14 février 1998, chez le compositeur à Confignon.

Né le 21 décembre 1936 à Vevey, le musicien et compositeur Eric Gaudibert commence l’étude du piano avec Emile Henchoz à Montreux avant d’entrer au Conservatoire de Lausanne dans la classe de piano de Denise Bidal. Dans cette même institution, Eric Gaudibert suit également les cours de composition de Hans Haug. Dès 1950, il est élève d’Alfred Cortot qui encourage ses premiers essais de composition. Il entretient une correspondance régulière avec ce dernier jusqu’à son décès en 1961. En 1958, il entre à l’Ecole normale de musique de Paris, où il poursuit ses études de piano avec Jules Gentil et Jeanne Blancard. Il y étudie aussi la composition auprès de Nadia Boulanger et d’Henri Dutilleux.

En 1962, Eric Gaudibert obtient la licence de concert de piano à l’Ecole Normale de Paris puis, un an plus tard, son diplôme de composition. Il réside dans la capitale française jusqu’en 1972, où il enrichit son expérience par la fréquentation des maîtres du XXe siècle, ainsi que par l’apprentissage de nouvelles techniques électroacoustiques, tout en poursuivant une carrière de pianiste. La création en 1968 de La Harpe du silence interprétée par l’Orchestre de chambre de Lausanne sous la direction de Victor Desarzens est l’événement déterminant qui le pousse à intensifier son travail de composition. Elle devient alors pour lui le prolongement naturel de ses années expérimentales et finalement un moyen d’expression nécessaire.

 

Par_FEGA_A_15_c_005Par_FEGA_A_15_c_006Par_FEGA_A_15_c_007

Extrait de La Harpe du silence

 

Par_FEG_Syzygie_extrait_001

Extrait de Syzygie

De 1967 à 1972, il travaille pour les Maisons de la culture de Bourges et de Chalon-sur-Saône en tant que pianiste et animateur. Il collabore avec la Radio-Télévision Suisse pour des émissions d’initiation musicale, ainsi que pour la recherche électroacoustique. De 1972 à 1975, Eric Gaudibert vit à Orléans où il est nommé responsable de l’animation musicale à la Maison de la Culture. Répondant à une demande d’André Zumbach, il quitte la France en 1975 pour s’établir à Genève où il est nommé professeur de piano, d’analyse musicale et de composition au Conservatoire populaire de musique. Il continue la composition et participe à diverses commissions soutenant les jeunes compositeurs et interprètes suisses. Son œuvre Ecritures lui vaut le Prix de composition du jury de la Radio-Télévision Suisse. Il est aussi lauréat du Prix Italia en 1976 pour son œuvre de musique de ballet Circuit fermé. En 1986, Eric Gaudibert est nommé professeur d’analyse musicale au Conservatoire de Neuchâtel.  En 1989, il est honoré du Prix de compositeur décerné par l’Association des musiciens suisses pour l’ensemble de son œuvre. En 1995, il reçoit le Prix quadriennal de musique de la Ville de Genève. De 1999 à 2004, Eric Gaudibert a la charge de la classe de composition du Conservatoire supérieur de musique de Genève. Parmi ses nombreux élèves, on compte Michael Jarrell, Jorge Pepi, Xavier Dayer, Musheng Chen et Andreas Stauder. Un fonds Eric Gaudibert est créé aux archives musicales de la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne, et un catalogue de ses œuvres est publié en 1993. Eric Gaudibert décède le 29 juin 2012 des suites d’un cancer.

 

Page créée par Susanne Kaufmann, Verena Monnier et Kate Espasandin, janvier 2017.