Fonds Clara Haskil

Présentation générale

Il aura fallu plus de 40 ans pour que le fonds Clara Haskil soit enfin réuni. Les sœurs de la pianiste, Lili et Jeanne, ont été les premières à déposer des documents à la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne. Jérôme Spycket, biographe de Clara Haskil, a ensuite remis ses notes personnelles et différents documents d’archives. Finalement, à l’automne 2014, la Fondation Clara Haskil a légué les documents qu’elle avait en sa possession. Le fonds Clara Haskil est composé de nombreux documents originaux : correspondance, coupures de presse, agendas, photographies ou encore programmes et affiches de concerts.

Le fonds Clara Haskil c’est donc :

l.a.s. de Pablo Casals à Clara Haskil, Paris 1929

l.a.s. de Pablo Casals, Paris 1929

Par_FCHA_B_2_CAS_2_Page_2

l.a.s. de Pablo Casals, Paris 1929

Composition de Clara Haskil enfant

  • plus de 500 programmes et affiches de concerts retraçant la carrière de Clara Haskil ;
  • de très nombreuses coupures de presse de journaux du monde entier permettant d’explorer la réception de cette pianiste du début des années 1900 à sa mort en 1960 ;
  • des agendas de la main de Clara Haskil contenant non seulement des rendez-vous, mais aussi des impressions plus personnelles ;
  • une large correspondance entre Clara Haskil et ses sœurs Jeanne et Lili, entre Clara Haskil et des amies proches, entre Clara Haskil et des musiciens célèbres tels que Dinu Lipatti, Nikita Magaloff ou encore Pablo Casals ;
  • des documents administratifs, comme le passeport vaudois obtenu par Clara Haskil en 1949 ;
  • des partitions, dont certaines dédicacées par le compositeur vaudois Emile-Robert Blanchet ;
  • une abondante collection de photographies, inédites pour la plupart ;
  • quelques objets plus inattendus viennent compléter cette collection : une mèche de cheveux et un moulage en bronze des mains de la pianiste.

 

Inventaire

Lettres_a_CH, Lettres_de_CH, Lettres_tiers, Lettres_Haskil_Rossier_BCUD, Photos, Programmes, Presse_a_m, Presse_p_m, Textes, Partitions, Notes_Spycket, Listes, Docs_administratifs, Contrats, Compositions, Agendas, Affiches

 

Premier Prix du Conservatoire national de Paris, 1910

Premier Prix du Conservatoire national de Paris, 1910

Télégramme de Clara Haskil à sa soeur Lili, New York 1956

Télégramme de Clara Haskil à sa soeur Lili, New York 1956

 

Clara Haskil (1895-1960)

Clara Haskil à Vevey Photographe inconnu

Clara Haskil à Vevey
Photographe inconnu

Née à Bucarest le 7 janvier 1895, Clara Haskil montre très tôt des aptitudes musicales exceptionnelles. Poursuivant des études de piano et de violon, à Vienne d’abord, puis à Paris, notamment dans la classe d’Alfred Cortot, la jeune musicienne est très vite promise à une belle carrière. Malheureusement la guerre et une scoliose mettent un terme à sa notoriété naissante. La reprise de sa carrière tardera et sera à nouveau empêchée par la seconde guerre mondiale à la fin de laquelle elle doit se faire opérer d’urgence d’une tumeur du nerf optique à Marseille, peu de temps avant que les allemands n’occupent la zone libre. Elle aura juste le temps de passer en Suisse. Bien que très attachée à Paris, la pianiste ne parvient pas à y être reconnue, et c’est effectivement en Suisse, où elle s’est constituée un solide réseau amical, que sa carrière démarrera enfin dans les années 1950. Vevey deviendra son foyer : c’est là qu’elle louera pour la première fois un appartement (1951) et qu’elle fera l’acquisition d’un piano (1952). En 1949, elle reçoit la nationalité suisse.

 

En savoir plus

  • Concours Clara Haskil

    Il n’est dès lors pas surprenant qu’un concours international de piano « Clara Haskil » ait vu le jour en Suisse. Peu de temps avant son décès survenu tragiquement le 7 décembre 1960 à Bruxelles, des amis suisses lui avait soumis l’idée de créer un concours qui porterait son nom, ce à quoi Clara Haskil aurait répondu : « vous le ferez après ma mort ». Ce sera chose faite : l’Association Clara Haskil est créée au début des années 1960 par ses amis René Klopfenstein, Georges Payot, Emile-William Rossier et Michel Rossier, la première édition du Concours a lieu en 1963, et il continue dorénavant à se tenir tous les deux ans à Vevey.

    Le lien privilégié qu’entretenait Clara Haskil avec la Suisse et l’existence d’un concours de piano dédié à sa mémoire à Vevey donnent une dimension supplémentaire à ses archives personnelles : c’est tout un pan de l’histoire culturelle suisse romande qui y est conservé.

    Page créée par Nancy Rieben et Camille Dinkel, juin 2015