Assimil : quand tout se ferme, on s’ouvre au monde