Vue d’ensemble

पठतो नास्ति मूर्खत्वम्

Les Collections orientales de la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne (BCUL) sont uniques en Suisse ; elles répondent notamment à des disciplines que seule l’Université de Lausanne (UNIL) propose dans notre pays : les études bouddhiques et l’islam indien.

Nous privilégions les sources en langues originales, à savoir le sanscrit, le pâli, le tibétain et le chinois (langues essentielles à l’étude du bouddhisme indien), ainsi que les prâcrits du jaïnisme, le braj, l’hindoustani et ses deux filles jumelles, l’ourdou et l’hindi. Last but not least, le persan, langue qui aura nourri les idiomes et les arts du nord de l’Inde durant des siècles, représente un nouveau fonds indispensable à l’étude de l’ourdou et de l’Inde islamique.

Le cœur des Collections comprend, en sanscrit, les veda, brāhmaṇa, les āraṇyaka, les upaniṣad, ainsi que les épopées (Mahābhārata et Rāmāyaṇa), les purāṇa, les dharmaśāstra et les vedānta. Les écoles philosophiques indiennes classiques (darśana) et leurs prolongements tantriques sont aussi richement représentés, de même que plus de trois mille ans de littérature sanscrite.

Les collections bouddhologiques de la BCUL représentent l’outil indispensable de la chaire d’Études bouddhiques de l’UNIL. Les canons pāḷi, tibétains (éditions de sDe-dge, Pékin et Nar-thang) et chinois (dans sa fameuse édition japonaise Taishō Shinshū Daizōkyō basée sur le Tripiṭaka Koreana) sont bien entendu présents sur nos rayons, de même que les riches littératures para-canoniques theravāda et mahāyāna.

Dernières venues dans nos collections, les littératures hindies et ourdoues sont appelées à croître de manière importante dans un proche avenir. Il faut savoir que l’hindi, en dehors de la littérature qui lui est propre, peut également s’avérer utile pour la lecture des commentaires d’œuvres brāhmaṇiques en sanscrit. On trouve également dans nos rayons des œuvres médiévales en braj et en avadhī.